Feeds:
Articles
Commentaires

Le blog a déménagé

Retrouvez désormais ce blog à cette nouvelle adresse : http://running974.fr/

J’ai acheté dernièrement un nouveau short pour courir. Etant à la Réunion où le Trail est roi j’ai dû me rabattre sur la marque Salomon.

Comme je recherche essentiellement le confort et la légèreté, j’ai opté pour un Light Short (collection  2013).

Short-Salomon

Au premier abord, on constate qu’il est ultra léger. On le sent à peine et il est super confortable. Idéal donc par temps chaud, que soit sur la route ou en montagne.Il possède un slip intégré. Je n’ai ressenti à ce jour aucun inconfort, que ce soit des frottements ou des irritations. Faut avouer tout de même que lors de mes sorties longues, je mets de la crème anti-frottements de chez Sports Akileïne, plus communément appelée NOK.

Dans tous les cas, ce short est très agréable à porter car il ne comprime pas à la taille.  Il évacue la transpiration et sèche rapidement grâce à sa matière « Actilite ». Lire la suite »

Le marathon de Safia

Le marathon de Safia

Emmanuel Proust Editions
Collection : Atmosphères Sport

Aujourd’hui, ce n’est pas un livre mais une bande-dessinée que je vais vous présenter.

L’album s’intitule tout simplement : « Le marathon de Safia« .

C’est l’histoire d’une passion qui débute très tôt pour le personnage principal, Safia.

Âgée de 16 ans, celle-ci adore courir et rêve d’or olympique et de devenir marathonienne. Malheureusement son père qui est de confession musulmane refuse de la voir s’exhiber et ne l’encourage pas dans cette voie. C’est même son principal obstacle à sa passion. Vous découvrirez en lisant cette BD comment Safia va essayer de surmonter tous les obstacles qui vont se dresser sur son chemin et tenter de réaliser son rêve.

Lire la suite »

Nouveau record

Dans le cadre de ma préparation marathon je dois courir un 10 km et un semi-marathon. Malheureusement je ne dois pas y aller pour faire un chrono. Je dois uniquement m’y entraîner sur mon allure marathon. Mais me connaissant, je savais pertinemment que j’allais avoir du mal à me freiner sur un 10 km. Et que je n’avais vraiment pas envie de terminer en 50 minutes.

Mercredi 8 mai, je prends donc la direction de la ville du Port pour un départ à 7 h 30.

En plein effort !

En plein effort !

Après un échauffement d’une bonne demi-heure en compagnie d’autres membres de mon club, je me suis placé sur la ligne de départ. Dans l’euphorie des premiers hectomètres, je suis parti à toute vitesse et après quelques slaloms je me suis placé dans un groupe qui tenait une cadence de 3’28 » au km. Autant dire que ça allait vite !

J’avais beau essayer de me raisonner en me disant que j’allais exploser, rien n’y a fait. Je me sentais bien et parfois j’accélérais encore.

Mal m’en a pris car si le 2ème km a été couru en 4’02 », j’ai commencé à payer le prix de mes efforts dès le 3ème km avec une cadence de 4’27 » !

Lire la suite »

Aujourd’hui, nouveau test alimentaire. Après avoir acheté en prévision de mon prochain marathon de nouvelles chaussures (Brooks Adrénaline GTS 13), j’ai encore eu droit à un échantillon gratuit d’un gel énergétique.

Cette fois-ci c’est la marque GU Energy Gel, que j’ai testé dans le cadre d’une sortie longue.

C’est une marque qui existe depuis 1991 mais qui est surtout connue dans le monde du triathlon. Pour ce test, j’ai eu droit à un gel au parfum Vanille.

Ge énergétique GU

Première constatation : Il est facile à stocker car  il ne prend pas beaucoup de place. Pratique quand on n’a pas de sac à dos.

Niveau goût, j’ai été assez surpris par le fait que le gel est très peu sucré. De plus, le goût vanille est plus que discret.

J’aurais préféré qu’il y ait plus de goût. Et pourtant on a l’impression de finir le gel sur une note salée ! Ce qui est au final assez déroutant. Il ne faut donc pas oublier d’accompagner ce gel d’une bonne gorgée d’eau.

Et question efficacité,  il faudrait que je teste ce type de gel sur des sorties plus longues, avec plusieurs échantillons. Je ne suis pas persuadé d’avoir ressenti un quelconque bénéfice. A suivre…

Depuis que l’épreuve du marathon existe, sa légende n’a cessée de s’enrichir de nombreuses histoires.

Parmi celles-ci, Philippe Maquat a choisi de nous présenter le parcours de 2 champions qui ont marqué à tout jamais l’histoire de la course à pied et plus particulièrement de l’épreuve reine.

C’est le destin semblable et différent à la fois de 2 éthiopiens.

la-legende-du-marathon

« De Bikila à Gebrselassie, la légende du marathon », Philippe Maquat, Editions Amalthée, 42 p.

Le premier a remporté son premier marathon Olympique pieds nus. Il remportera un deuxième titre olympique sur marathon 4 ans après.

Le deuxième a été deux fois champion olympique sur 10 000 m et a longtemps détenu le record du monde du marathon.

Ces deux histoires exceptionnelles sont racontés avec pour cadre l’évolution historique de l’Éthiopie.

A lire pour tout marathonien.

Test Mulebar

Cette semaine j’ai eu l’occasion de tester une marque de barres de céréales que je ne connaissais pas : Mulebar.

Elle se démarque des autres par une diversité des parfums et leurs originalité. De plus, ces barres sont issues de l’agriculture bio et ne contiennent pas d’additif, d’huile hydrogénée et d’huile de palme. Et cerise sur le gâteau, pas de gluten. Elles sont donc 100% naturelles.

La première chose que l’on remarque en dehors des couleurs et des parfums, c’est la taille des barres. Celles-ci font 56g ! Autant dire que ce n’est pas évident de tout manger d’un coup en courant. C’est plus le genre de barre que l’on va manger lors d’un long ravitaillement.

Je n’ai goûté pour l’instant qu’un seul parfum : Liquorice Allsports : réglisse, graines de fenouil, noix de coco. Et franchement, on aime ou on déteste. Personnellement, j’ai eu un peu de mal à l’apprécier. Le goût qui reste en bouche est le fenouil. Et j’avoue que c’est plutôt surprenant comme goût, même si j’aime beaucoup le réglisse en règle générale.

Mulebar-Liquorice

Sinon côté texture, la barre est tendre et un peu pâteuse. C’est assez facile à avaler.

En conclusion, mon avis reste mitigé et je pense tester les autres parfums, histoire d’avoir un avis définitif sur cette marque.

C’est le même élan !

Cette semaine, j’ai lu un tout petit bouquin qui s’intitule « courir, écrire« . Il se dévore en à peine une demi-heure. L’auteur Daniel de Roulet est également un marathonien à ses heures perdues. Pour lui, « courir, écrire, c’est le même élan » même si chacune de ces activités a son propre rythme.

"Courir, écrire",  Zoé Editions, 2000, 44p

« Courir, écrire »,
Zoé Editions, 2000, 44p

3 courses sont abordées dans ce livre, le « Paris-Versailles « , « Le marathon de Berlin » et l’incontournable « marathon de New York ».

Après un petit échauffement sur le parcours du Paris-Versailles, on découvre le marathon de Berlin avec de nombreux détails et rencontres historiques.  L’histoire se poursuit avec la célèbre ligne bleue qui nous guide tout au long des rues de New-York.

Pas toujours facile à lire, notamment pour le premier texte, les deux derniers sur les marathons sont pour ma part plus abordables. A lire très vite dans le sas de départ d’une de ces célèbres courses.

C’est la reprise !

Depuis octobre dernier, ce blog n’a plus été alimenté. Ma motivation pour la course à pied a quelque peu été émoussée suite à ma tentative avortée de participation à un premier Trail. Suite à ça, il a fallu que je prenne un peu de recul pour me ressourcer. La chaleur de l’été austral ne m’a pas non plus poussé à courir et pour finir mon fils qui nous réveillait 2 fois par nuit à mis fin à toute forme physique digne de ce nom.

Le temps est passé. J’ai continué de courir 6 à 7 fois par mois pour m’entretenir un peu. Et depuis que mon fils dors normalement, j’ai repris goût à l’entraînement.

J’ai même démarré mon plan d’entraînement sur 12 semaines pour mon prochain marathon qui aura lieu le 30 juin.

Ce blog est donc à nouveau en activité. Bonne lecture.

Nouvelle déception

Pour la deuxième fois au cours de cette année, j’ai été forfait sur une compétition. Autant dire que je n’ai atteint aucun des objectifs que je m’étais fixé cette année.

Pour ce deuxième forfait, je suis tombé malade 24 heures avant le départ de mon premier trail. Je me suis réveillé à 4 heures du matin avec de très forts vertiges, accompagnés de terribles nausées et vomissements. La veille, j’avais un peu mal à mon oreille gauche. Autant dire que seul l’antivertigineux que m’a prescris mon médecin m’a permis de calmer ces symptômes et de me reposer le reste de la journée. Malheureusement je n’étais vraiment pas en état de participer à une course de 63 km. Et c’est la mort dans l’âme que j’ai déclaré forfait.

Il ne manquait rien. Sauf la santé !!

Tout mon équipement était prêt et la veille j’étais allez chercher mon dossard ainsi que la puce électronique. C’est vrai que le stress commençait à monter et que les nuits étaient un peu difficiles mais je n’imaginais pas une seconde ne pas participer à cette grande messe des 20 ans du Grand Raid.

Après l’avoir annoncé sur la page Facebook de mon club, j’ai suivi sur internet le parcours de mes camarades en suivant leurs passages aux différents points de contrôles. Et le samedi après-midi, comme ça allait mieux je suis allez faire un petit tour sur le chemin des Anglais afin de soutenir quelques camarades.

Lire la suite »